Marseille is Rocking Part II


Marseille is Rocking Part II

Le Passe-Temps

Organisées par R*A*F, les soirées mensuelles EXTRABAL ont lieu au Passe-Temps, incontournable spot noctambule marseillais dont la programmation artistique est assurée par le tandem SOIREES LOISIRS (The Ed & Viktor) et où les nuits dépassent facilement les 4h du matin. On y écoute une sélection pointue qui va du rock à l’électro avec plusieurs Dj résidents. Un jeudi par mois, EXTRABAL propose une  sélection décalée  souvent vinage, toujours dansante, du garage 60’s, du vieux funk, de la rétro pop, et de l’électro débraillée : rien de tel pour électriser le dancefloor comme après un bon rebond sur le bumper central. La plupart du temps en mode multi-joueurs, la partie EXTRABAL se pratique souvent à deux avec des magiciens du pinball qui taquinent aussi bien le « replay score » que le mix au long-court derrière deux platines.

Le Passe-Temps

6 rue Fortia

Marseille 1er

Metro Vieux-Port

Imaginez Iggy Pop trinquant avec Dean Martin sous le regard bienveillant des Kills….

Oogie Lifestore

Est un shop situé sur le cours Julien offrant une sélection de vêtements cutting-edge ainsi qu’un corner Vintage ; c’est aussi un bar, un resto, une terrasse, un corner librairie/disques sélectionné par Dj Paul (VIRGO MUSIC) et un coiffeur (JOCE). Ce concept-store du sud s’est petit à petit imposé comme « le rendez-vous du jeudi » : Dj set, apéro prolongé, snacking chic, vernissage d’expo, shopping nocturne et autres réjouissances d’un week-end avant l’heure.
Un jeudi par mois, R*A*F et son invité(e)  passent aux platines pour « Ready Steady Go ! » , une party délurée qui se prolonge au Passe-Temps sous le nom d’EXTRABAL.

Oogie Store

54 Cours Julien

Marseille 6é

Metro Cours Julien

Publicités

33 RPM Store -Berlin

window dressing

33 RPM Store

Disquaire-café à Kreuzberg

Situé non loin du métro Schlesisches Tor-ce disquaire indépendant propose une sélection assez singulière allant du Vintage à l’électro pointu. Adem, gérant de ce shop est non seulement un passioné mais aussi un musicien qui a un projet de live et invite régulièrement des musiciens à faire de petits concerts dans son shop. 33 RPM est un disquaire à l’ancienne avec le sens du conseil et cerise sur le gâteau, il existe un label du même nom qui privilégie des sorties plutôt deep house assez pointue. On peut aussi boire un café et manger une pâtisserie –un concept complet en somme….

Wrangelstr. 95

Kreuzberg-Berlin

Horaires : merc 14h-19h Jeu 12h-19h Sam : 11h-18h

http://www.myspace.com/33rpmrecords

 

Nearby Schlesisches Tor tube station, visit this Small indie record shop with an eclectic selection going from Vintage records to cutting edge electro. Adem, who is in charge of the shop is not only a music lover but also a musician who has his own live project and who invites other musicians to perform in his shop on Saturday afternoons. 33 RPM is also a record label-producing vynls and Cds and privileging a deep and elegant sound. You can also have a hot coffee and why not eat a cheesecake in that friendly shop, not to be missed if you’re in the neighborhood.

Wrangelstr. 95

Kreuzberg-Berlin

Open : wed 14h-19h Thurs 12h-19h Sat : 11h-18h

http://www.myspace.com/33rpmrecords

record covers

 


Jumbo Shop-Berlin

window dressing

frontwindow

Jumbo Second hand store/Kreuzberg

A l’angle de Wiener strasse, ce shop tenu par une sympathique famille turque enchantera les collectionneurs de tout poils qui pourront y chiner des dizaines de paires de chaussures Vintage, des escarpins multicolores en passant par les bottes dans toutes les formes et de toutes les matières-platform boots comprises!, il y a en a pour tous les goûts dans ce shop…mais la raison majeure de s’y rendre ce sont  les prix-tout à fait raisonnables, entre 15 et 40 euros pour les chaussures, et une grande variété dans la sélection –last but not least  un choix d’accordéon pour ceux qui souhaiterait s’initier à cet instrument très Vintage !.

Jumbo –Angle Lansitzer et Wiener str. Kreuzberg/Berlin /Germany

An interesting shop for Vintage shoes amateurs situated in Kreuzberg at the angle of Wienerstrasse, this shop offers an amazing collection of boots and High heels shoes including Platform boots. The prices are as attractive as the shopwindow, between 15 and 40 euros, depending on the pairs. Add a great variety of choice and a selection of accordeons for those who want to try this Vintage instrument, It’s worth a visit….

Jumbo-Lansitzer/Wiener Str. Kreuzberg/Berlin/Germany.


Mon Amour Vintage

devanture

Mon Amour Vintage

Situé dans le triangle d’or d’un quartier tendance où fleurissent Galeries, librairies et restaurants Bo-Bio(s), la boutique ouverte par Sandrine Arnone et Narumi Herisson « Mon Amour Vintage » méritait une interview….

Elles viennent toutes les deux de la scène musicale, Narumi est clavier du projet Tristesse Contemporaine et ancienne styliste de Christophe Lemaire, Sandrine Arnone a joué et composé sous le nom de David Rockmore et était responsable des séries limitées liées à des musiciens pour le même styliste, maintenant à la tête de la Maison Hermès. C’est donc leur passion pour la musique et les belles pièces chiné depuis des années qui les ont poussé à ouvrir leur shop, rencontre avec Sandrine dont on a voulu retracer le parcours.

Eva Peel : Quand as-tu commencé dans le Vintage ?

Sandrine : Je me suis rendu compte assez vite que je mettais trop d’argent dans des vêtements que je ne gardais parfois pas plus de trois mois et qui, en plus, ne me satisfaisait pas forcément en terme de style, dans les années 90, il y a eu un grand retour du style 60-70 et j’ai commencé à m’acheter des pièces qui mettait davantage en valeur ma personnalité, il faut dire qu’à l’époque j’étais Mods et qu’on ne trouvait pas ce genre de vêtements dans les magasins français- je chinais donc chez Nova Plaza à Lyon ou à Paris, et je cherchais les vêtements qui me correspondaient davantage, petit à petit j’ai commencé à m’intéresser de plus en plus au style 80 dont j’ai aujourd’hui pas mal d’exemples à la boutique.

Eva Peel : La Mode a toujours été ta préoccupation première ?

Sandrine : Non, à la base, je viens de la scène musicale, je passais plus de temps dans les concerts et les clubs de toute l’Europe que dans les magasins, j’ai vraiment commencé à m’y intéresser professionnellement autour de la trentaine, j’ai d’abord été sollicité par Christophe Lemaire pour donner une crédibilité musicale à ses collections, je créais des projets en Série Limitée avec des groupes ou des individualités qui m’excitaient comme Alan Vega, Esg ou Ariel Pink. D’autre part, j’ai aujourd hui la conviction de mes choix et de mon style et ouvrir ma propre boutique était une nécessité, je sais de toute façon que les gens de la Mode sont des Vampires….

Eva Peel : Mais tu as une expérience de styliste à côté de ton talent de chineuse…

Sandrine : j’ai été l’assistante de Corinne Cobson le lendemain  de mon depart de chez Christophe lemaire,cette expérience chez Cobson m’a appris le métier, sans être passé par une école de mode, j’ai appris le dessin, la coupe, les tissus, et bref, je me suis complètement assumée ce que je n’avais pas eu l’occasion de faire avec Lemaire pour qui je n’étais qu ‘une simple inspiratrice. Ce qui est assez ironique c’est que je suis passé du 66 au 77 de la rue Charlot, deux années très fortes en terme de Mode, la fin du style Mods d’une part et l’avènement du Punk d’autre part, de grands crus en somme…

Eva Peel : Pour reprendre sur cette notion de grand cru, chiner du Vintage, c’est un peu comme chercher à sélectionner de grandes bouteilles, il faut avoir du nez…

Sandrine Arnone : Il est difficile d’imposer des choix aussi pointus que les nôtres dans un pays comme la France, certes, j’ai un goût qui est particulier et j’essaie de conserver une originalité qui m’est propre, mais je me rends bien compte que mes choix plaisent davantage à la clientèle étrangère qu’à la Parisienne qui est souvent trop frileuse devant des pièces singulières ou osées. Néanmoins, le shop marche très fort sur les accessoires, les bijoux, les chaussures davantage que les vêtements. 70% de mes clientes viennent des 4 coins du monde y compris des japonaises ou des espagnoles qui n’ont pas froid aux yeux….

Eva Peel : Pour finir, parle-nous un peu de tes clients justement…

Sandrine : J’ai énormément de stylistes des grandes maisons parisiennes qui viennent puiser leur inspiration chez moi, des artistes aussi, des gens qui ont envie d’oser autre chose que les boutiques bobos du quartier, c’est assez varié et c’est ça qui est excitant…

Pour en savoir plus :

http://www.monamourvintage.blogspot.com/

Horaires : Lundi au samedi : 12:00 – 19:30

Métro : Filles du Calvaire/Temple/Republique

Adresse :

77 rue Charlot 75003

Paris, France, 75003

Téléphone :

+33(0)9 50 22 29 98

cape mon Amour

shoes mon Amour