Born Bad records Interview (Bonbon Nuit Nov 2010)

BORN BAD RECORDS- Interview

Directeur artistique d’un label lié à un shop de disques éponyme, tourneur occasionnel, organisateur de soirées ou comment Jean-Baptiste Guillot défend une certaine idée de la musique moderne « Made in France ».

Entretien explicite avec l’intéressé

«J’ai passé 7 ans dans les majors, j’y ai appris un métier, mais la façon dont les choses se passaient à la fin des 90’s m’ont laissé un goût amer dans la bouche, j’ai voulu rompre ce cycle en étant plus en accord avec moi-même, raison pour laquelle j’ai décidé de fonder Born Bad en m’inspirant de modèles comme New Rose ou Rough Trade …

Dès mes premières signatures avec des artistes comme Bip ou Frustration, j’ai tenté de me différencier de l’image rock’n’roll et rockabilly que véhiculait le shop en optant pour des projets un peu différents. L’idée était avant tout de renouveler le genre en suscitant de l’intérêt pour une scène française parfois laissé à l’écart. Ces projets synth minimal wave plus éclectiques et à l’aspect plus mental m’excitaient. Un des grand problème de la pop et du rock hexagonal c’est, d’un côté, l’écueil Noir Désir, Téléphone qui a enfermé beaucoup d’artistes dans un genre franco-français et de l’autre, la complaisance par rapport à tout ce qui est anglo-saxon: pour schématiser, on va dire qu’un band anglais même foireux aura plus de résonance que n’importe quel groupe français. J’ai eu beaucoup de chance car mon travail avec le label a imposé une image de marque hexagonale positive à l’étranger pour des artistes qui, grâce à cette renommée ont pu s’exprimer hors de nos frontières. Grâce aux circuits alternatifs, Born Bad bénéficie désormais d’une résonnance internationale: Cheveu et Frustration sont allés jouer au Moma à New York !

EvaPeel Vintage : Qu’est-ce qui continue à te motiver ?

JB: C’est avant-tout l’envie d’insuffler de l’ambition à des groupes amateurs amené à rapidement dépasser ce statut. Chaque signature apporte sa pierre à l’édifice: Cheveu, par son aspect singulier et insolite, Magnetix par sa capacité à fédérer le milieu Garage, Yussuf Jerusalem parce qu’il ne ressemble à rien d’autre…

Loin de s’arrêter à cette activité de DA, JB travaille aussi des rendez-vous comme ceux des Born Bad on Ice à la patinoire Pailleron dans le 19é à Paris, c’est donc chaussé de patins à glace, un verre d’energy drink à la main qu’on se retrouvera cet hiver le premier vendredi de chaque mois de Novembre à Mars pour écouter les labels indépendant Français les plus représentatifs du moment. Prochaine soirée vendredi 4 Février avec Kill the DJ.

BORN BAD RECORD SHOP-17 rue Keller-75011 Paris

Tel : 01 43 38 41 78

www.myspace.com/bornbadrecords

Publicités

Nuit Ouf au 104/Ouf Night @ 104

Ouf Night @ 104 Contemporary Art Centre-Paris

Feat Lydia Lunch, James Chance, Sal P, Patrick Vidal, Joakim and Dj Oof.

11th january 2011

A disco punk night with performers, live act, fashion shows and…bath tubs

In the middle of the 1970’s, graphic designer and collective Kiki Picasso are part of the Punk movement throughout their drawings and collaborations with daily newspaper Liberation and magazines such as l’Echo des Savannes-Actuel-and Hara-kiri all part french underground press. An exhibition at the 104 was introducing Kiki’s work who created the visuals for this OUF party.A disco-punk night it was !, with artist such as James Chance and the Contorsions, Lydia Lunch and good Djs who entertained the audience with no wave classics. Special mention to Dj Producer Joakim who actuallly played all the anthems of the times-including an excellent remix of Shack up -followed by a good set by  SAl Principato. from Liquid Liquid including vocal performances – I guess the Kloud Chamber was probably the only person who wasn’t fancy dressed that night-for it seemed like a 80’s fashion show. The audience mainly consisting in a cool gay& lesbian crowd (plus a selection of rather kinky heterosexuals) all acting as if they were in a We own the night remake. Anyhow, the party was alive and kicking thanks to the visuals and a lush dancefloor energy- Revival, revival…

Best time : The hot tub bath after Joakim’s set and an eclectic audience.

Hot tub@104

Worse time : 25mn to get a beer at a crowded bar !


Festival Mofo’11 – Mains d’oeuvres

Un festival qui regroupe tout un tas de groupes qu’on aime dont certains ont été programmé aux Apéros Vintage comme Oh Tiger Mountain mais aussi : HEAVY TRASH, CHEVEU, ELDIA, FISHERMEN 3, YAYA TOVA, CRANE ANGELS,THE VASELINES, ETIENNE JAUMET, MAJEURE, THE BIG CRUNCH THEORY, VIVA AND THE DIVA, SAM JAMES, CALIN, ANTILLES…

l’occasion de partager du rock indé sur plusieurs soirées de qualité et de faire une virée dans les record shop des Puces de St Ouen, plus funky que les stands de vêtements désormais trop formatés-on postera bientôt sur les Puces de Montreuil bourrée de bonnes trouvailles…



Disquaire (Vintage) Paris

Situé à deux pas du passage du célèbre Grand-Cerf dans le quartier d’Etienne Marcel, la boutique Goodies Records est unique en son genre: tenue par Roger Veinante qui collectionne les disques depuis les sixties, ce shop est un véritable rendez-vous pour connaisseurs qui y trouveront aussi bien du rock, que du blues, de la soul, du rythm’n’blues, des musiques de films ou encore d’inestimables perles yéyés.

Au sous-sol, de la variété française et belge des années 50 aux années 80.

Goodies records est un lieu où il faut passer du temps et savoir écouter les histoires extraordinaires du propriétaire des lieux-lequel vous explique qu’on vendait des vynils dans les supermarchés en Belgique jusque dans les années 70, quand vous offrira-t-on l’intégral de Johnny Cash quand vous aurez acheté deux packs de yaourt? la question reste entière… Amateurs de disques collector, n’hésitez pas à  fouiner dans les bacs et à questionner Roger qui se fera un plaisir de vous renseigner.

Ouvert du lundi au samedi inclus de 10h30 a 12h30 et 13h30 à 19h30

3, rue de Palestro-75002 Paris

Tel :01 48 87 14 37