Adrienne (Love) Vintage

Férue de chine depuis l’adolescence, Adrienne a toujours aimé choisir des vêtements « pour avoir quelque chose de différent », peu de gens chinaient dans mon entourage, explique-t-elle, personnellement, je cherchais quelque chose de beau mais aussi une autre façon de consommer le vêtement  autrement…

Pour moi, c’est une attitude et donc une façon d’aller à contre-courant de la consommation actuelle.

 

Image

Quel est le style qui t’intéresse, ta démarche de sélection?

Je cherche des pièces qui privilégient la qualité des matières, la coupe et bien sûr le style, même si j’ai une préférence pour les années 80, on trouve de tout dans mon dressing, de l’homme de la femme, du 50, 60, 70 ou 80. Le cuir reste ma matière de prédilection, je fais aussi de l’accessoire, bagagerie, chaussures…

Ton parcours?

J’ai une formation d’arts plastiques puis j’ai travaillé sur le display d’espaces de vente, notamment dans de grands magasins, désormais j’ai ma propre structure Adrienne Love Vintage, qu’on retrouve aussi bien dans des marchés Vintage que sur le net ou encore dans des évènements liés à la Mode et à la musique. J’ai participé au Pop Up Market à l’Iboat à Bordeaux.

Image

Comment pourrait-on résumer ton activité?

Je suis en quelque sorte une semi-hippy -on va dire que j’adore le vêtement mais surtout que j’aime partager ma passion, je cherche à me faire plaisir en sélectionnant des pièces mais ma plus grande satisfaction c’est de tomber sur des gens qui ont le coup de coeur pour les vêtements que j’ai choisi, que les filles se sentent belles, les garçons bien dans leur look.

On peut retrouver les vêtements d’Adrienne sur sa page Facebook Adrienne Love Vintage, sur etsy.com, un site de vente en ligne et dans de nombreux salons et évènements un peu partout en France.

Image


FoxDen, a new Vintage shop in Montmartre District

Image

Hidden in a little street nearby the famous Marché St Pierre, Foxden is a new vintage shop whose little sister, By Flowers is situated a few blocks away rue des Martyrs. We’re talking here about genuine rags, and pure vintage clothing with a mixed selection for men and women. Foxden is something of a rag bag where one can find almost any kind of items, with all sorts of jackets (suede, leather, cotton) coats, sweaters but also shoes and accessories. From an 80’s glitter dress up to a pair of high heel boots or fair isle jumpers. It is necessary to rummage through the shelves in order to find interesting goods. On the day of our visit, an elegant sailor jacket, red leather boots…it is necessary to visit the shop regularly since they make a weekly restocking and get a lot of new pieces, be it bags, shoes or even scarves. Prices are very affordable and one can find real bargains at this shop whose sign is nothing else but a stuffed Fox, worth a visit….

Image

 

FoxDen

5, rue Pierre Picard

75018 Paris

M°Anvers 


Oh Tiger Mountain! music in flesh and blood

A  l’initiative de l’artiste Marseillais Mathieu Poulain, Oh Tiger Mountain! fait partie de ces projets musicaux singuliers qui sont la « raison d’être » de la musique, une relation brut avec l’instrument, la voix, une originalité et une pureté dans les compositions, une relation organique à la scène bref, de la vie « In flesh and blood » (en chair et en os). En ouverture du festival Yeah à Lourmarin, une rencontre s’imposait pour en savoir plus sur ces Tigres originaires de montagnes plutôt rock’n’roll.

Image

Entretien avec Mathieu Poulain: Qui êtes-vous ?

Oh! Tiger Mountain c’est un projet solo à la base qui a évolué sur scène vers une formule trio après avoir tourné en duo pendant deux ans. Kid Francescoli et Pedro Lopez (Los Alamos, Moondawn) m’accompagnent sur la route- je chante, je joue de la guitare, je fais les marracas, ils font le reste!. En studio je fais presque tout même si Kid et Simon Henner (Nasser, Husbands) me filent un coup de main pour la production. Nous vivons tous à Marseille où nous sommes fédérés sous la bannière du collectif Microphone Recordings, une structure pas structurée, informelle et surproductive, foyer de Husbands, Johnny Hawaii, Kid Francescoli, Moondawn, Oh! Tiger Mountain, Une Vie de Chien Rouge et Cyd Jolly Roger.

 

Image.

Comment cette aventure a-t-elle commencé?

 

Le premier EP Oh! Tiger Mountain « Hear Me Now » 2008 CDR aidé par la salle Le Moulin à Marseille, j’étais tout seul à la guitare sèche, premier live dans la foulée puis tournée partout en France.

 

 Puis ensuite, premier LP 2011, sortie Microphone Recordings/Emergence (petite structure parisienne)…

 

Pour l’instant le label c’est le notre…

Vos projets, votre actu?

Nous venons avec Oh! Tiger Mountain de sortir un EP 5 Titres disponible via Bandcamp, et un 2e album (le précedent « Sings Suzie » date de 2011) est prévu pour cet hiver

 

Pour la suite : Un clip en Septembre, un album en Novembre et l’Ep New Religion est sorti cette semaine!

 

Nous serons à Marseille le 22 juin 2013 en session sur radio Grenouille, au Festival Arts’ Boressences à Mayenne le 30 et nous repartons en tournée en Septembre.

 

Quelques liens:

 

Soundcloud: https://soundcloud.com/oh-tiger-mountain/sets/new-religion-ep/s-9S7r7

 

Bandcamp: http://ohtigermountain.bandcamp.com/

 

Youtube: http://youtu.be/TvDiuIzY3p0

 

D’autres collaborations ?

Je suis aussi très actif avec le groupe Husbands (un EP est sorti en mai) et j’accompagne Johnny Hawaii sur scène (un album à paraitre en septembre)…

Un petit questionnaire de Proust made in Eva Peel Vintage:

 

1) Si vous étiez un arbre ou un plante?

 

une fougère

 

2) Si vous étiez une capitale?

 

Je connais mal le monde

 

3) Si vous étiez un moyen de transport?

 

Un funiculaire

 

4)Si vous étiez un vêtement vintage?

 

Une paire de bottes

 

5)Si vous étiez un instrument vintage?

 

Une chambre d’écho

 

6)Si vous étiez une couleur?

 

Je triche, le blanc.

 

7)Si vous étiez un festival?

 

Primavera Porto 2013

 

8)Si vous étiez un roman?

 

Un recueil de nouvelles de Flannery O’Connor, Raymond Carver ou Poe, j’aime les nouvelles.

 

9)Si vous étiez un film?

 

The Wicker Man de Robin Hardy

 

10)Si vous étiez une compilation?
http://www.mixcloud.com/ghostforestcatrave/here-is-always-somewhere-else/

ImageVos influences majeures?

 Lee Perry et Lee Hazelwood… et j’ai déjà réalisé ma carte blanche de rêve: Jouer Sister Ray du Velvet Underground toute une soirée sur scène avec 12 musiciens!

 


Take me Out, l’invitation au Voyage….

Monté par deux filles passionnées de mode et de musique, Take Me out a vu le jour en 2009 avec une première édition au Comptoir Général où se mélange l’univers de jeunes créateurs. L’ idée première de la manifestation?, promouvoir des démarches personnelles d’artisan(s) contre les grosses enseignes puis mélanger art, mode et musique dans un seul et même évènement. Les ateliers Amelot font des T-shirts amusants qui séduisent les deux organisatrices de Take me Out, qu’à cela ne tienne, il feront partie de l’aventure, idem pour les groupe Elephant ou Evergreen qui leur ont tapé dans les oreilles et qu’elles ont programmé dans leur salon . Ancienne attaché de presse dans la Mode, Daphné Delamare multiplie les rencontres et monte avec sa comparse Karen Jigorel un event inspiré des salons New-Yorkais qui privilégient échange rencontre et créativité.

Image

A l’heure du tout virtuel, l’idée est simple: revenir au contact direct entre les créateurs et leur public. Le Vintage fait bien entendu partie de cette démarche puisqu’entre 5 et 6 stands de chineurs sont proposés à chaque édition. La boutique Be Pop et Lula ou encore God Bless America…C’est en habitant à New-York que Daphné se rend compte que le Vintage fait vraiment partie intégrante de la Mode d’aujourd’hui, voir même qu’il l’inspire. La Musique n’est pas en reste, des groupes Live & des Dj sets sont également programmés, fonctionnant, comme toujours au coup de coeur, les filles organisent un happening de tatouage en live, une expo de moto Vintage avec Blitz Motorcycle qui customise les deux roues au moment de leur achat, bref Take me Out c’est aussi une forme de Happening durant le salon puisque cette édition à la Bellevilloise verra par exemple un atelier « Flower Power » pour que le enfants puissent réaliser leur bouquet original. Après plus de trois années d’expérience dans des lieux aussi différents que l’Espace des Blancs-Manteaux ou encore le Couvent des Récollets, le tandem investit aujourd’hui la salle de la Bellevilloise et son patio pour présenter une édition estivale entre concept-store, galerie d’exposition et Live. Au programme plus de 50 créateurs, des concerts Live, des stands de Vintage et de restauration, Take Me Out vous emmène définitivement en voyage…..

Image

Prochaine édition : 8 & 9 Juin 2013 La Bellevilloise

19-21 rue Boyer-75020 Paris

Pour en savoir plus : www.takemeout.fr

Image


People are strange, shop Vintage & magazine culturel

Imageshop, vintage, lyon, clothes 

C’est en plein centre ville de Lyon qu’on croise People are strange au détour d’une rue qui monte sur la place Croix-Paquet. Au départ arrêté par une paire de Derby masculine dans la vitrine, on pénètre dans la boutique et on se laisse aller à des portants plutôt estivaux (on en en mai), tunique en éponge, maillot gaine, espadrille et chaussures compensées Vintage mais aussi de jolies pièces, un body Guy Laroche en éponge, plusieurs paires de chaussures griffées en bon état (Prada, Jourdan)L’interêt de ce shop semble résider avant tout dans la diversité de l’offre, peu de pièces chères même si des vêtements sélectionné avec soin, on est ici dans endroit où la propriétaire veut faire plaisir. Derrière, un petit atelier de couture et une machine, pour faire des robes ou retailler des vêtements, on ne sait pas trop…le choix va des   coupes 60’s a nos jours, dans un display agréable, ces gens là ne sont pas si strange….

Image

 

People are strange

3, place Croix-Paquet

69001 Lyon

http://www.peoplearestrange.net 


Heartbeat, au coeur de la Bastille….

 

ImageSitué non loin des disquaires de la rue Keller, Heartbeat est un nouveau shop  ‘a l’ancienne’, n’espérez pas trouver ici les dernières releases electro des labels internationaux, mais plutôt la sélection d’un passionné qui chine du disque comme d’autres des vêtements et du mobilier en furetant et en suivant son instinct. En poussant la porte, l’accueil est chaleureux et invite à la flânerie…des bacs bien remplis de la soul, des B.O de films, du jazz, de la funk, un album de Telex et du disco :).

Mélik se fait un plaisir de vous faire écouter les perles du shop, ce jour là, un Dj hip hop est de passage (c’est disquaire day) et la discussion part bien sûr sur le sampling et donne lieu à d’intéressantes écoutes, cela me donne l’occasion d’aller faire un tour sur la platine vinyle pour écouter quelques maxis italo: même si ce n’est pas la spécialité de la maison…. on tombe au détour d’une écoute sur une rareté, un titre sorti par Brian Eno & David Byrne en maxi, Jezebel Spirit, j’hésite à l’acheter attiré par du disco bien vintage à des prix accessibles, résultat, 4 maxis et un album dont un dub du Heart of Glass de Blondie. Huit jours pour me demander si j’achète cette pièce un peu plus cher, après quelques hésitations, je reviens la semaine suivante et retrouve les conseils avisés de notre ami. Bilan, j’ai certes lâché quelques euros, mais hérité d’un maxi des Lords of the New church en cadeau, avec, qui plus est, une face B bizarre sorte d’hymne clashien  qu’on verrait bien figurer dans un set de Weatherall. L’avantage d’Heartbeat, du conseil, un vrai chineur et des prix accessibles, un conseil, allez y jeter une oreille, vous ne le regretterez pas. 

Heartbeat

26, rue Godefroy de Cavaignac

75011 Paris

(33) 951659208

info@heartbeatvynil.com 

Website (under construction): http://www.heartbeatvinyl 

 


Wizette, une fondue de Mode à la Moulinette Vintage

ImageStand Wizcora– Wonder Vintage Market -Le 104 Paris 19é

D’origine Corse et basée dans le sud près d’Aubagne. Marie dite aussi Wizcora ou Wizette, douée pour le travail manuel commence par travailler l’argent et les pierres-semies précieuses à ses heures perdues ou pour des commandes. C’est tout naturellement qu’elle en vient à la couture pour «réparer» au départ puis restaurer les objets qu’elle déniche. Après une expérience professionnelle dans le spectacle, cette passionnée de mode depuis près de 20 ans se prend de passion pour le style 60’s & 70’s en visitant un salon vintage spécialisé. Cette révélation la pousse à s’inscrire en tant que particulier d’abord pour vider son dressing puis pour chiner d’autres pièces de collection. Après avoir acquise fin 80/ début 90, sa première pièce iconique, la robe en Rhodoide de Paco Rabanne, Wizette devient une véritable addict et ne lâche plus les portants.

Image

Entretien

Qu’est-ce qui t’a amené à développer ta collection ?

Déjà fan de Barbarella, Emma Peel, Twiggy, j’ai toujours porté des mini-jupes et des bottes hautes. J’aime aussi le vinyl et le cuir, c’est donc assez vite que j’ai fait la connaissance des créations Courrèges. Au fur et à mesure de mes rencontres avec des passionnés, j’ai acquis d’autres pièces collector. Voilà maintenant une vingtaine d’années que je trouve des trésors pour moi et 5 ans que je déniche des merveilles à faire partager.

2/Pourquoi avoir choisi la période  60-70 et les couturiers de cette époque?

Je suis née en 69 et ma soeur ainée portait des mini jupe, des robes trapèzes, des bottes hautes, des dos nus… je pense que c’est elle qui m’a influencé sur cette période car j’avais plutôt le look punk quand j’étais ado. L’autre raison c’est ce foisonnement d’idée dans la mode. Aussi bien dans les matières, les coupes que dans la façon de se vêtir. Tout est plus fun, coloré, gai quoi! Et tellement féminin…

3/D’après toi, qu’est-ce qui définit un vêtement élégant?

Le vêtement, quel qu’il soit n’est rien sans la personne qui l’arbore. Pour moi l’élégance c’est avant tout une façon d’être.

Je dirais qu’un vêtement est élégant s’il est sobre. Que ce soit dans la coupe ou la matière. Tout est dans le détail ‘invisible’: Un bouton de nacre, une manche raglan, une doublure à soufflet, une dentelle perlée… Mais je préfère l’allure à l’élégance car elle permet à chacun d’être unique!

Que voudriez-vous faire avec ces vêtements si vous pouviez réaliser un rêve?

Sans hésiter: avoir une pièce immense dédiée à ma collection! Chaque article sur un mannequin! Et je pourrais les admirer à loisir allongée sur un fauteuil dessiné par Le Corbusier entourée de boules à facettes et de Lava lamp…

De bons conseils à donner aux chineuses d’aujourd’hui

Ne pas se précipiter pour un coup de coeur. Vérifier soigneusement les coutures, les doublures, fermetures… Regarder le vêtement en pleine lumière si possible car parfois on ne distingue pas certaines tâches indélébiles. Préférer les marques bien entendu car on est quasi-sûre de tomber sur un super vêtement à moindre frais. Enfin, ne pas hésiter à se rendre souvent dans les friperies car le réassort y est fréquent.

Image

Quels sont les lieux et endroits sur le net où trouver tes vêtements ?.

Je ne travaille que sur les salons spécialisés mais je reçois à mon atelier pour des rdv privés ou des ventes ponctuelles. Depuis 2011, j’ai monté  un site de vente en ligne d’articles Vintage-collector. Je fais également de la location pour les shootings photos ou les tournages (ciné/ pub…)

Site  http://www.wizette.com/

Page face book  http://www.facebook.com/wizettebis

Prochaines actus :

Les 13 et 14 avril à Lyon pour le «Grand marché de la mode Vintage» qui se déroulera à la halle Tony Garnier.  (Avec interview filmée pour l’émission «des racines et des ailes» qui sera diffusée en juin!!!)


Le Marché Rétro, c’est vraiment Trop….

Image

Installé depuis deux ans dans le Quartier de la rue Oberkampf, le Marché Rétro est sans doute un des salons consacré au Vintage les plus conviviaux de la capitale. A taille humaine, dans un Loft de 300 M2, quelques exposants triés sur le volet viennent proposer vêtements Vintage, mobilier, accessoires, et même un corner de vynils. Fondé par Yan Durand Lancien, originaire du sud de la France où il démarre dans la Fripe chez Pepone à Montpellier une des enseignes légendaires du métier, le Marché Rétro s’est imposé en 18 éditions parisiennes comme un modèle du genre. Après travaillé dans le prêt-à-porter de luxe masculin et écumé lui-même nombre de salons de la capitale consacré au Vintage, Yan décide de créer le Marché Rétro, en opérant une sélection d’exposants qui varie selon les éditions mais conserve toujours un aspect qualitatif. Au-delà, de cette activité, Yan aidé de son comparse Paul  a ouvert une boutique Vintage où l’on retrouve l’exigence de la sélection du Marché Rétro: le jour de notre passage à la fin de l’hiver un magnifique renard blanc, plusieurs robes 60’s en bon état, mais aussi une jolie sélection de chaussures. Toujours en train de chiner, la Boutique Rétro Chic propose donc un réassort fréquent de pièces originales et qualitatives été comme hiver, il ne faut donc pas hésiter à pousser la porte, vous y trouverez très certainement une pièce à vôtre goût.

Image

Pour retrouver toutes les infos sur les prochains Marché Rétro:

http:/lemarcheretro.blogspot.com

Image

Retro Chic

Vêtements & Accessoires Vintage

57 rue Condorcet-75009 Paris

Tel : 06 17 93 03 64


Elodie Froc Lusson, de la Chine aux Collections Vintage….

ELODIE FROC LUSSON, portrait d’une collectionneuse

portraitelodie

Elodie en blouson de vynil noir signé Courrèges

EvaDeck2

Système Elipson & Eva Peel on the decks  lors de la première édition des Collections Vintage en 2012

C’est en fouillant sur le net pour trouver une robe Cardin ou Courrèges que nous sommes tombés sur Elodie Froc-Lusson, une passionnée du vêtement 60’s et 70’s griffé qui organise désormais « les Collections Vintage », un rendez-vous  qui se tient pour l’instant à l’Hôtel du Louvre durant la semaine de la Mode.

Rencontre avec cette chineuse de longue date dont le prochain évènement aura lieu le 26 et 27 Février 2013 prochain dans les salons de l’Hôtel du Louvre à Paris.

Elodie, qu’est-ce qui vous a poussé à collectionner / vendre des vêtements Vintage ?
J’ai toujours aimé les tissus (avec une grand mère couturière, cela peut se comprendre. En plus elle s’appelait Solange) et aimé chiner. Assez vite, j’ai acheté des vêtements parce que je les trouvais beaux, une belle coupe, un tissu qui se tient, un bel imprimé… et cela me faisait rêver. Toujours de l’ancien car je trouve que la qualité du tissu est formidable et que j’admire le travail cousu main. J’ai donc amassé des pièces “vintage” par goût, surtout du Courrèges. Après des années de juriste et des enfants, j’ai décidé d’avoir un métier qui me passionnait : vendre et chiner des vêtements anciens que j’aime, toujours et encore, parce que je pars du principe qu’on ne fait bien que ce que l’on aime !

Pourquoi avoir choisi cette période et ces couturiers précisément ?
J’ai choisi de proposer en priorité des vêtements des années 60-70 car c’est pour moi une période “heureuse” alliant innovation et modernisme. J’aime les mini-jupes, le vinyle, les bottes… J’aime les vêtements d’André Courrrèges qui sont un condensé de tout cela, mais aussi Cardin, Céline…

Qu’est-ce qui pour vous définit un vêtement élégant ?
L’élégance est la base de tout le style pour moi. Un vêtement élégant est un vêtement bien porté mais intrinsèquement, un vêtement élégant donne de l’allure, une ligne pure, un tombé merveilleux… Un profil qui colle à la personne, et pour moi, cela tient autant à la qualité du tissu qu’au tombé de la coupe.

Que voudriez-vous faire avec ses vêtements si vous pouviez réaliser un rêve ?
J’ai plus l’âme d’une collectionneuse que d’une vendeuse et je rêve d’un mecène qui me permettrait d’ouvrir un lieu dédié au vintage à Paris, un lieu alliant exposition permanente de mode, boutiques spécialisées et restauration. Un lieu ou l’on pourrait admirer de belles robes et en discuter autour d’un verre, toute l’année… LE RÊVE !

De bons conseils à donner aux chineuses ?
Continuez à chercher ce que vous aimez, ne tenez pas compte des modes. Faites bien attention à l’état de conservation de l’article car un vêtement trop mité par exemple ou une paire de chaussures trop usée ne vous fera pas long feu. La laine et le cuir vieillissent difficilement ! Continuez à garder vos spots de chine secrets, pour avoir toujours le coeur qui bat à chaque nouvelle trouvaille et portez vos vêtements Vintage, ils n’appartiennent qu’à vous!!

Retrouvez les vêtements chinés par Elodie  et + d’infos : http://www.lescollectionsvintage.com

fhardyElody

L’inoubliable Françoise Hardy, icône musicale et fashion des 60’s

Podcast French Pop by Eva Peel et 70’s vibrations en écoute lors des prochaines Collections Vintage sur Ipod.


Vintage Desire -chic et pas cher

Chapeaux  Vintage Desire

Chapeaux Vintage Desire

Situé au bout de la rue Yvonne le Tac, non loin de la Place des Abbesses, cette fripe du 18é qui a une soeur rue des Rosiers dans le Marais propose une bonne sélection a prix plutôt doux de vêtements et d’accessoires de seconde main trié avec art. En revanche, ce n’est pas dans ce shop que vous trouverez de la griffe, ici pas de sac Dior ou de souliers Jourdan, non, plutôt des toques et des casquettes, des boots et des trotters en bon état à prix doux et une bonne sélection de fourrures, manteaux, chemises et autres gros pulls de type autrichiens ou allemands. Tout en longueur, c’est le type de shop dans lequel il faut passer du temps pour trouver chaussure à son pied mais le jeu en vaut la chandelle car les prix sont vraiment abordables, on y trouvera une veste astrakan et vison pour moins de 80 euros, des boots 60’s a 35 euros et une série de jolis foulards en soie vraiment raisonnables. Belle sélection de chapkas et autres galures en ce mois de décembre.

Vintage Desire, c’est d’abord se faire plaisir à moindre coût, il faut y passer régulièrement pour connaître les arrivages de marchandise, seul bémol, la musique latino tonitruante qui fatigue les oreilles sensibles le jour de notre passage.

DesirVintage1

Vintage Desire

28 rue Yvonne le Tac et 32 rue des Rosiers

750018 Paris

Tel 01 42 57 96 56