Elodie Froc Lusson, de la Chine aux Collections Vintage….

ELODIE FROC LUSSON, portrait d’une collectionneuse

portraitelodie

Elodie en blouson de vynil noir signé Courrèges

EvaDeck2

Système Elipson & Eva Peel on the decks  lors de la première édition des Collections Vintage en 2012

C’est en fouillant sur le net pour trouver une robe Cardin ou Courrèges que nous sommes tombés sur Elodie Froc-Lusson, une passionnée du vêtement 60’s et 70’s griffé qui organise désormais « les Collections Vintage », un rendez-vous  qui se tient pour l’instant à l’Hôtel du Louvre durant la semaine de la Mode.

Rencontre avec cette chineuse de longue date dont le prochain évènement aura lieu le 26 et 27 Février 2013 prochain dans les salons de l’Hôtel du Louvre à Paris.

Elodie, qu’est-ce qui vous a poussé à collectionner / vendre des vêtements Vintage ?
J’ai toujours aimé les tissus (avec une grand mère couturière, cela peut se comprendre. En plus elle s’appelait Solange) et aimé chiner. Assez vite, j’ai acheté des vêtements parce que je les trouvais beaux, une belle coupe, un tissu qui se tient, un bel imprimé… et cela me faisait rêver. Toujours de l’ancien car je trouve que la qualité du tissu est formidable et que j’admire le travail cousu main. J’ai donc amassé des pièces “vintage” par goût, surtout du Courrèges. Après des années de juriste et des enfants, j’ai décidé d’avoir un métier qui me passionnait : vendre et chiner des vêtements anciens que j’aime, toujours et encore, parce que je pars du principe qu’on ne fait bien que ce que l’on aime !

Pourquoi avoir choisi cette période et ces couturiers précisément ?
J’ai choisi de proposer en priorité des vêtements des années 60-70 car c’est pour moi une période “heureuse” alliant innovation et modernisme. J’aime les mini-jupes, le vinyle, les bottes… J’aime les vêtements d’André Courrrèges qui sont un condensé de tout cela, mais aussi Cardin, Céline…

Qu’est-ce qui pour vous définit un vêtement élégant ?
L’élégance est la base de tout le style pour moi. Un vêtement élégant est un vêtement bien porté mais intrinsèquement, un vêtement élégant donne de l’allure, une ligne pure, un tombé merveilleux… Un profil qui colle à la personne, et pour moi, cela tient autant à la qualité du tissu qu’au tombé de la coupe.

Que voudriez-vous faire avec ses vêtements si vous pouviez réaliser un rêve ?
J’ai plus l’âme d’une collectionneuse que d’une vendeuse et je rêve d’un mecène qui me permettrait d’ouvrir un lieu dédié au vintage à Paris, un lieu alliant exposition permanente de mode, boutiques spécialisées et restauration. Un lieu ou l’on pourrait admirer de belles robes et en discuter autour d’un verre, toute l’année… LE RÊVE !

De bons conseils à donner aux chineuses ?
Continuez à chercher ce que vous aimez, ne tenez pas compte des modes. Faites bien attention à l’état de conservation de l’article car un vêtement trop mité par exemple ou une paire de chaussures trop usée ne vous fera pas long feu. La laine et le cuir vieillissent difficilement ! Continuez à garder vos spots de chine secrets, pour avoir toujours le coeur qui bat à chaque nouvelle trouvaille et portez vos vêtements Vintage, ils n’appartiennent qu’à vous!!

Retrouvez les vêtements chinés par Elodie  et + d’infos : http://www.lescollectionsvintage.com

fhardyElody

L’inoubliable Françoise Hardy, icône musicale et fashion des 60’s

Podcast French Pop by Eva Peel et 70’s vibrations en écoute lors des prochaines Collections Vintage sur Ipod.

Publicités

Born Bad records Interview (Bonbon Nuit Nov 2010)

BORN BAD RECORDS- Interview

Directeur artistique d’un label lié à un shop de disques éponyme, tourneur occasionnel, organisateur de soirées ou comment Jean-Baptiste Guillot défend une certaine idée de la musique moderne « Made in France ».

Entretien explicite avec l’intéressé

«J’ai passé 7 ans dans les majors, j’y ai appris un métier, mais la façon dont les choses se passaient à la fin des 90’s m’ont laissé un goût amer dans la bouche, j’ai voulu rompre ce cycle en étant plus en accord avec moi-même, raison pour laquelle j’ai décidé de fonder Born Bad en m’inspirant de modèles comme New Rose ou Rough Trade …

Dès mes premières signatures avec des artistes comme Bip ou Frustration, j’ai tenté de me différencier de l’image rock’n’roll et rockabilly que véhiculait le shop en optant pour des projets un peu différents. L’idée était avant tout de renouveler le genre en suscitant de l’intérêt pour une scène française parfois laissé à l’écart. Ces projets synth minimal wave plus éclectiques et à l’aspect plus mental m’excitaient. Un des grand problème de la pop et du rock hexagonal c’est, d’un côté, l’écueil Noir Désir, Téléphone qui a enfermé beaucoup d’artistes dans un genre franco-français et de l’autre, la complaisance par rapport à tout ce qui est anglo-saxon: pour schématiser, on va dire qu’un band anglais même foireux aura plus de résonance que n’importe quel groupe français. J’ai eu beaucoup de chance car mon travail avec le label a imposé une image de marque hexagonale positive à l’étranger pour des artistes qui, grâce à cette renommée ont pu s’exprimer hors de nos frontières. Grâce aux circuits alternatifs, Born Bad bénéficie désormais d’une résonnance internationale: Cheveu et Frustration sont allés jouer au Moma à New York !

EvaPeel Vintage : Qu’est-ce qui continue à te motiver ?

JB: C’est avant-tout l’envie d’insuffler de l’ambition à des groupes amateurs amené à rapidement dépasser ce statut. Chaque signature apporte sa pierre à l’édifice: Cheveu, par son aspect singulier et insolite, Magnetix par sa capacité à fédérer le milieu Garage, Yussuf Jerusalem parce qu’il ne ressemble à rien d’autre…

Loin de s’arrêter à cette activité de DA, JB travaille aussi des rendez-vous comme ceux des Born Bad on Ice à la patinoire Pailleron dans le 19é à Paris, c’est donc chaussé de patins à glace, un verre d’energy drink à la main qu’on se retrouvera cet hiver le premier vendredi de chaque mois de Novembre à Mars pour écouter les labels indépendant Français les plus représentatifs du moment. Prochaine soirée vendredi 4 Février avec Kill the DJ.

BORN BAD RECORD SHOP-17 rue Keller-75011 Paris

Tel : 01 43 38 41 78

www.myspace.com/bornbadrecords