Balades Sonores, la passion d’abord

Image

 

Après 7 ans d’activisme dans le milieu de la pop et du rock Indé, le collectif Boutiques Sonores a décidé de poursuivre ses activités à la fois via un shop de vinyles et un label mais aussi en se transformant en Balades Sonores et en devenant  promoteur d’évènement et organisateurs d’un festival le Bitter Sweet Paradise.

Image

Balades Sonores, c’est Toma Changeur et son équipe qui sélectionnent de la musique pour les oreilles attentives, défricheur mais aussi entreprise de soutien et de promotion, BS assure la promotion de nombre d’artistes via un site Internet, une newsletter et une présence active sur les réseaux sociaux. La Fabrique Balades Sonores, située à deux pas du Trianon, de la Boule Noire et de la Cigale est un shop  physique pensé comme un salon de détente où il fait bon flâner, écouter des vinyles mais aussi communiquer avec d’autres passionnés. On y trouve une sélection de vinyle & de Cds de labels indépendants français et étrangers, mais également un rayon de seconde main, une section musique de film et pas mal de rarities, l’année dernière un dead stock Celluloid où l’on trouvaient les premiers Jacno en parfait état à prix raisonnables…comme toujours fouiller dans les bacs s’impose en utilisant la petite platine d’écoute (en vente dans le shop).Image

 

 

Egalement lieu de showcase, d’expo, souvent un espace de dialogue pour les artistes ou labels indépendants de passage à Paris. Une visite s’impose dans ce lieu unique dans la capitale.

Image

Balades Sonores

1 avenue Trudaine

75009 Paris

Tel : +00 33 1 83 87 94 87

http://www.baladessonores.com

Publicités

Take me Out, l’invitation au Voyage….

Monté par deux filles passionnées de mode et de musique, Take Me out a vu le jour en 2009 avec une première édition au Comptoir Général où se mélange l’univers de jeunes créateurs. L’ idée première de la manifestation?, promouvoir des démarches personnelles d’artisan(s) contre les grosses enseignes puis mélanger art, mode et musique dans un seul et même évènement. Les ateliers Amelot font des T-shirts amusants qui séduisent les deux organisatrices de Take me Out, qu’à cela ne tienne, il feront partie de l’aventure, idem pour les groupe Elephant ou Evergreen qui leur ont tapé dans les oreilles et qu’elles ont programmé dans leur salon . Ancienne attaché de presse dans la Mode, Daphné Delamare multiplie les rencontres et monte avec sa comparse Karen Jigorel un event inspiré des salons New-Yorkais qui privilégient échange rencontre et créativité.

Image

A l’heure du tout virtuel, l’idée est simple: revenir au contact direct entre les créateurs et leur public. Le Vintage fait bien entendu partie de cette démarche puisqu’entre 5 et 6 stands de chineurs sont proposés à chaque édition. La boutique Be Pop et Lula ou encore God Bless America…C’est en habitant à New-York que Daphné se rend compte que le Vintage fait vraiment partie intégrante de la Mode d’aujourd’hui, voir même qu’il l’inspire. La Musique n’est pas en reste, des groupes Live & des Dj sets sont également programmés, fonctionnant, comme toujours au coup de coeur, les filles organisent un happening de tatouage en live, une expo de moto Vintage avec Blitz Motorcycle qui customise les deux roues au moment de leur achat, bref Take me Out c’est aussi une forme de Happening durant le salon puisque cette édition à la Bellevilloise verra par exemple un atelier « Flower Power » pour que le enfants puissent réaliser leur bouquet original. Après plus de trois années d’expérience dans des lieux aussi différents que l’Espace des Blancs-Manteaux ou encore le Couvent des Récollets, le tandem investit aujourd’hui la salle de la Bellevilloise et son patio pour présenter une édition estivale entre concept-store, galerie d’exposition et Live. Au programme plus de 50 créateurs, des concerts Live, des stands de Vintage et de restauration, Take Me Out vous emmène définitivement en voyage…..

Image

Prochaine édition : 8 & 9 Juin 2013 La Bellevilloise

19-21 rue Boyer-75020 Paris

Pour en savoir plus : www.takemeout.fr

Image


People are strange, shop Vintage & magazine culturel

Imageshop, vintage, lyon, clothes 

C’est en plein centre ville de Lyon qu’on croise People are strange au détour d’une rue qui monte sur la place Croix-Paquet. Au départ arrêté par une paire de Derby masculine dans la vitrine, on pénètre dans la boutique et on se laisse aller à des portants plutôt estivaux (on en en mai), tunique en éponge, maillot gaine, espadrille et chaussures compensées Vintage mais aussi de jolies pièces, un body Guy Laroche en éponge, plusieurs paires de chaussures griffées en bon état (Prada, Jourdan)L’interêt de ce shop semble résider avant tout dans la diversité de l’offre, peu de pièces chères même si des vêtements sélectionné avec soin, on est ici dans endroit où la propriétaire veut faire plaisir. Derrière, un petit atelier de couture et une machine, pour faire des robes ou retailler des vêtements, on ne sait pas trop…le choix va des   coupes 60’s a nos jours, dans un display agréable, ces gens là ne sont pas si strange….

Image

 

People are strange

3, place Croix-Paquet

69001 Lyon

http://www.peoplearestrange.net 


Heartbeat, at the Heart of Bastille District

 

Image Situated near all the record shops of the Bastille district, Heartbeat maybe a newcomer in the neighbourhood but it is an old school record shop. Don’t expect to find here the latest releases of electro labels, rather the selection of a passionate. If you push the door, the there will sure be a warm welcome from Melik, which will encourage you to dig into the record racks. The selection is wide: soul, jazz, hip hop, film soundtracks, disco, and a bit of electro or new wave. On our first visit on record day, there is a big discussion about sampling with a Hip Hop Dj who is visiting the shop.  I immediately go to the decks with a selection of disco ep’s-although the section dedicated to italo and space disco is really scarce, still, I find a few affordable disco ep’s including a great dub from Blondie’s Heart of glass and a few other rarities. I hesitate in buying Jezebel spirit a rather expensive ep from David Byrne and Brian Eno’s « My Life in the Bush of ghosts », I come back after a week of hesitation and buy the record. Melik, the shop owner is on his way to Belgium to attend a record convention and visit some private collection. Well, he recognizes me and I come back home with a gift, a strange track on a Lord of the New Church ep, something that sounds like an old Clash record that would suit perfectly on an Andrew Weatherall set. Heartbeat is definitely full of surprises…

Heartbeat

26 rue Godefroy Cavaignac

75011 Paris

Tube: Charonne L9

+33 951 65 92 08

info@heartbeat.com

website under construction: http://www.heartbeatvinyl.com


Heartbeat, au coeur de la Bastille….

 

ImageSitué non loin des disquaires de la rue Keller, Heartbeat est un nouveau shop  ‘a l’ancienne’, n’espérez pas trouver ici les dernières releases electro des labels internationaux, mais plutôt la sélection d’un passionné qui chine du disque comme d’autres des vêtements et du mobilier en furetant et en suivant son instinct. En poussant la porte, l’accueil est chaleureux et invite à la flânerie…des bacs bien remplis de la soul, des B.O de films, du jazz, de la funk, un album de Telex et du disco :).

Mélik se fait un plaisir de vous faire écouter les perles du shop, ce jour là, un Dj hip hop est de passage (c’est disquaire day) et la discussion part bien sûr sur le sampling et donne lieu à d’intéressantes écoutes, cela me donne l’occasion d’aller faire un tour sur la platine vinyle pour écouter quelques maxis italo: même si ce n’est pas la spécialité de la maison…. on tombe au détour d’une écoute sur une rareté, un titre sorti par Brian Eno & David Byrne en maxi, Jezebel Spirit, j’hésite à l’acheter attiré par du disco bien vintage à des prix accessibles, résultat, 4 maxis et un album dont un dub du Heart of Glass de Blondie. Huit jours pour me demander si j’achète cette pièce un peu plus cher, après quelques hésitations, je reviens la semaine suivante et retrouve les conseils avisés de notre ami. Bilan, j’ai certes lâché quelques euros, mais hérité d’un maxi des Lords of the New church en cadeau, avec, qui plus est, une face B bizarre sorte d’hymne clashien  qu’on verrait bien figurer dans un set de Weatherall. L’avantage d’Heartbeat, du conseil, un vrai chineur et des prix accessibles, un conseil, allez y jeter une oreille, vous ne le regretterez pas. 

Heartbeat

26, rue Godefroy de Cavaignac

75011 Paris

(33) 951659208

info@heartbeatvynil.com 

Website (under construction): http://www.heartbeatvinyl 

 


Nationale 7-Disquaire Indé vs Chineur de mobilier

Image

C’est a deux pas de la rue du Faubourg Poissonnière que s’est ouvert Nationale 7, un shop inhabituel à mi-chemin entre le disquaire indépendant et une boutique de meubles design. Normal, ils sont deux: Franck Pompidor de Ground Zero et Max, un chineur spécialisé dans les meubles 50’s & 60’s a s’être associé pour ouvrir ce lieu où l’on pourra aussi bien acheter des vinyles récents ou anciens que s’allonger dans une chauffeuse 50’s ou se faire dessiner une table sur mesure. Pour les aficionados du vinyle, la sélection est plutôt d’obédience rock indé, si on trouve essentiellement du neuf, il y a également quelques rééditions et une petite sélection de disques Vintage. En fouillant dans les bacs, on trouve du Krautrock, des groupes de pop 60’s anglaises et américaines, de la cold wave, du post-punk ou encore des sorties récentes. Côté mobilier, on reste dans un goût épuré plutôt 50’s et 60’s qui ravira les amateurs. Il est possible également de faire des commandes ou des recherches dans les styles en pré-cité. En dernier lieu, on trouve aussi pour la somme de 329 euros, les superbes platines Pro-ject à la fabrication irréprochable, en un mot, vous aussi vous devriez aller faire un tour chez Nationale 7. Le magasin participe également à Disquaire Day programmé fin avril à Paris.

Image

Nationale 7

114 rue du Fbg Poissonnière

75010 Paris

ouvert du lundi au samedi de 11:30 à 19:30

http://www.nationale7paris.com

tel: 09 83 20 84 42

Nationale 7-Indie record shop versus Vintage furnitures

Nationale7

Situated nearby the rue du Faubourg Poissonière, in Paris 10th district, Nationale 7 has initiated and unusual concept mixing a record store and vintage furniture shop. Don’t be surprised, Franck Pompidor is a musician who also works for Ground Zero record shop and and his friend Max is a 50’s & 60’s design bargain hunter. These two have opened a place where you can find recent vynils,  as well as 50’s and 60’s furnitures. For vynil amateurs, the selection is mostly indie rock  with some re-edits and a few Vintage releases. In the shelves you will find 60’s pop, krautrock but also cold wave, post-punk and more recent releases. Last but not least,  Pro-ject Design turntables are to be find for 329 euros. Nationale 7 worth a visit…

Pro-ject deck

Nationale 7

114 rue du Fbg Poissonnière

75010 Paris

ouvert du lundi au samedi de 11:30 à 19:30

http://www.nationale7paris.com

tel: 09 83 20 84 42


Wizette, une fondue de Mode à la Moulinette Vintage

ImageStand Wizcora– Wonder Vintage Market -Le 104 Paris 19é

D’origine Corse et basée dans le sud près d’Aubagne. Marie dite aussi Wizcora ou Wizette, douée pour le travail manuel commence par travailler l’argent et les pierres-semies précieuses à ses heures perdues ou pour des commandes. C’est tout naturellement qu’elle en vient à la couture pour «réparer» au départ puis restaurer les objets qu’elle déniche. Après une expérience professionnelle dans le spectacle, cette passionnée de mode depuis près de 20 ans se prend de passion pour le style 60’s & 70’s en visitant un salon vintage spécialisé. Cette révélation la pousse à s’inscrire en tant que particulier d’abord pour vider son dressing puis pour chiner d’autres pièces de collection. Après avoir acquise fin 80/ début 90, sa première pièce iconique, la robe en Rhodoide de Paco Rabanne, Wizette devient une véritable addict et ne lâche plus les portants.

Image

Entretien

Qu’est-ce qui t’a amené à développer ta collection ?

Déjà fan de Barbarella, Emma Peel, Twiggy, j’ai toujours porté des mini-jupes et des bottes hautes. J’aime aussi le vinyl et le cuir, c’est donc assez vite que j’ai fait la connaissance des créations Courrèges. Au fur et à mesure de mes rencontres avec des passionnés, j’ai acquis d’autres pièces collector. Voilà maintenant une vingtaine d’années que je trouve des trésors pour moi et 5 ans que je déniche des merveilles à faire partager.

2/Pourquoi avoir choisi la période  60-70 et les couturiers de cette époque?

Je suis née en 69 et ma soeur ainée portait des mini jupe, des robes trapèzes, des bottes hautes, des dos nus… je pense que c’est elle qui m’a influencé sur cette période car j’avais plutôt le look punk quand j’étais ado. L’autre raison c’est ce foisonnement d’idée dans la mode. Aussi bien dans les matières, les coupes que dans la façon de se vêtir. Tout est plus fun, coloré, gai quoi! Et tellement féminin…

3/D’après toi, qu’est-ce qui définit un vêtement élégant?

Le vêtement, quel qu’il soit n’est rien sans la personne qui l’arbore. Pour moi l’élégance c’est avant tout une façon d’être.

Je dirais qu’un vêtement est élégant s’il est sobre. Que ce soit dans la coupe ou la matière. Tout est dans le détail ‘invisible’: Un bouton de nacre, une manche raglan, une doublure à soufflet, une dentelle perlée… Mais je préfère l’allure à l’élégance car elle permet à chacun d’être unique!

Que voudriez-vous faire avec ces vêtements si vous pouviez réaliser un rêve?

Sans hésiter: avoir une pièce immense dédiée à ma collection! Chaque article sur un mannequin! Et je pourrais les admirer à loisir allongée sur un fauteuil dessiné par Le Corbusier entourée de boules à facettes et de Lava lamp…

De bons conseils à donner aux chineuses d’aujourd’hui

Ne pas se précipiter pour un coup de coeur. Vérifier soigneusement les coutures, les doublures, fermetures… Regarder le vêtement en pleine lumière si possible car parfois on ne distingue pas certaines tâches indélébiles. Préférer les marques bien entendu car on est quasi-sûre de tomber sur un super vêtement à moindre frais. Enfin, ne pas hésiter à se rendre souvent dans les friperies car le réassort y est fréquent.

Image

Quels sont les lieux et endroits sur le net où trouver tes vêtements ?.

Je ne travaille que sur les salons spécialisés mais je reçois à mon atelier pour des rdv privés ou des ventes ponctuelles. Depuis 2011, j’ai monté  un site de vente en ligne d’articles Vintage-collector. Je fais également de la location pour les shootings photos ou les tournages (ciné/ pub…)

Site  http://www.wizette.com/

Page face book  http://www.facebook.com/wizettebis

Prochaines actus :

Les 13 et 14 avril à Lyon pour le «Grand marché de la mode Vintage» qui se déroulera à la halle Tony Garnier.  (Avec interview filmée pour l’émission «des racines et des ailes» qui sera diffusée en juin!!!)