Mon Amour Vintage

devanture

Mon Amour Vintage

Situé dans le triangle d’or d’un quartier tendance où fleurissent Galeries, librairies et restaurants Bo-Bio(s), la boutique ouverte par Sandrine Arnone et Narumi Herisson « Mon Amour Vintage » méritait une interview….

Elles viennent toutes les deux de la scène musicale, Narumi est clavier du projet Tristesse Contemporaine et ancienne styliste de Christophe Lemaire, Sandrine Arnone a joué et composé sous le nom de David Rockmore et était responsable des séries limitées liées à des musiciens pour le même styliste, maintenant à la tête de la Maison Hermès. C’est donc leur passion pour la musique et les belles pièces chiné depuis des années qui les ont poussé à ouvrir leur shop, rencontre avec Sandrine dont on a voulu retracer le parcours.

Eva Peel : Quand as-tu commencé dans le Vintage ?

Sandrine : Je me suis rendu compte assez vite que je mettais trop d’argent dans des vêtements que je ne gardais parfois pas plus de trois mois et qui, en plus, ne me satisfaisait pas forcément en terme de style, dans les années 90, il y a eu un grand retour du style 60-70 et j’ai commencé à m’acheter des pièces qui mettait davantage en valeur ma personnalité, il faut dire qu’à l’époque j’étais Mods et qu’on ne trouvait pas ce genre de vêtements dans les magasins français- je chinais donc chez Nova Plaza à Lyon ou à Paris, et je cherchais les vêtements qui me correspondaient davantage, petit à petit j’ai commencé à m’intéresser de plus en plus au style 80 dont j’ai aujourd’hui pas mal d’exemples à la boutique.

Eva Peel : La Mode a toujours été ta préoccupation première ?

Sandrine : Non, à la base, je viens de la scène musicale, je passais plus de temps dans les concerts et les clubs de toute l’Europe que dans les magasins, j’ai vraiment commencé à m’y intéresser professionnellement autour de la trentaine, j’ai d’abord été sollicité par Christophe Lemaire pour donner une crédibilité musicale à ses collections, je créais des projets en Série Limitée avec des groupes ou des individualités qui m’excitaient comme Alan Vega, Esg ou Ariel Pink. D’autre part, j’ai aujourd hui la conviction de mes choix et de mon style et ouvrir ma propre boutique était une nécessité, je sais de toute façon que les gens de la Mode sont des Vampires….

Eva Peel : Mais tu as une expérience de styliste à côté de ton talent de chineuse…

Sandrine : j’ai été l’assistante de Corinne Cobson le lendemain  de mon depart de chez Christophe lemaire,cette expérience chez Cobson m’a appris le métier, sans être passé par une école de mode, j’ai appris le dessin, la coupe, les tissus, et bref, je me suis complètement assumée ce que je n’avais pas eu l’occasion de faire avec Lemaire pour qui je n’étais qu ‘une simple inspiratrice. Ce qui est assez ironique c’est que je suis passé du 66 au 77 de la rue Charlot, deux années très fortes en terme de Mode, la fin du style Mods d’une part et l’avènement du Punk d’autre part, de grands crus en somme…

Eva Peel : Pour reprendre sur cette notion de grand cru, chiner du Vintage, c’est un peu comme chercher à sélectionner de grandes bouteilles, il faut avoir du nez…

Sandrine Arnone : Il est difficile d’imposer des choix aussi pointus que les nôtres dans un pays comme la France, certes, j’ai un goût qui est particulier et j’essaie de conserver une originalité qui m’est propre, mais je me rends bien compte que mes choix plaisent davantage à la clientèle étrangère qu’à la Parisienne qui est souvent trop frileuse devant des pièces singulières ou osées. Néanmoins, le shop marche très fort sur les accessoires, les bijoux, les chaussures davantage que les vêtements. 70% de mes clientes viennent des 4 coins du monde y compris des japonaises ou des espagnoles qui n’ont pas froid aux yeux….

Eva Peel : Pour finir, parle-nous un peu de tes clients justement…

Sandrine : J’ai énormément de stylistes des grandes maisons parisiennes qui viennent puiser leur inspiration chez moi, des artistes aussi, des gens qui ont envie d’oser autre chose que les boutiques bobos du quartier, c’est assez varié et c’est ça qui est excitant…

Pour en savoir plus :

http://www.monamourvintage.blogspot.com/

Horaires : Lundi au samedi : 12:00 – 19:30

Métro : Filles du Calvaire/Temple/Republique

Adresse :

77 rue Charlot 75003

Paris, France, 75003

Téléphone :

+33(0)9 50 22 29 98

cape mon Amour

shoes mon Amour


Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s